Skip to content

20 février 2011

Réserve du Selous – Tanzanie

Le « Selous game réserve » est comme son nom l’indique une réserve de gibier ». Cette réserve est située dans le Sud Est de la Tanzanie, la plus grande partie est consacrée à la chasse. Environ 10% seulement du territoire est accessible à l’observation de la faune. C’est une des plus grande zone protégée d’Afrique, elle couvre environ 50.000 km2 soit une superficie plus importante que celle de la Suisse.C’est un écosystème très vaste et très varié. La rivière Rufiji coule toute l’année et en basses eaux elle laisse derrière elle des bras morts et de grandes zones marécageuses. La flore la faune et l’avifaune sont également très riches et très variées.

La rivière Rufiji et ses abords sont parmi les points forts de cette réserve. Il est impératif d’effectuer une balade en barque à moteur pour avoir un point de vue sensationnel sur les rives et les bancs de sable. C’est une bonne occasion d’effectuer des observations qui s’avèrent impossibles depuis les rives.

La bonne période pour l’observation de la faune se situe entre juin et novembre. Les photos illustrant cet article ont été prises en octobre 2010. La Rufiji est en basses eaux, il y a dans l’ensemble peu de fond, le lit est assez large, le courant est par endroit assez fort et le lit est encombré de souches déposées par les crues.

Lors des hautes eaux, le courant sape les berges qui par endroits deviennent propice à l’installation de colonies de guêpiers qui creusent leur nid à l’abris des prédateurs comme les varans.

Ici, des guêpiers à front blanc ont élu domicile.

La rivière Rufiji en se retirant laisse des bras morts qui s’assèchent lentement. Ici les berges sont en pente douce et sont fréquentées par les mammifères en quête d’eau.

Lorsque l’eau devient rare, il reste des zones marécageuses où la verdure contraste avec le bois mort.

Là où la présence de l’eau devient permanente, les arbres meurent.

Les lacs formés par le retrait de la Rufiji servent d’abreuvoir à de nombreux mammifères et abritent une belle population de crocodiles.

Même en saison sèche, la végétation peut être verdoyante en bordure des plans d’eau. Ces cobs à croissant apprécient l’endroit.

Ces impalas profitent de l’espace très dégagé pour venir boire. Cela limite les risques d’attaque de prédateurs.

Dans cet écosystème humide, les hippopotames sont très présents.

Un vaste réseau de pistes, en brousse, en forêt, sur les rives de la Rufiji et près des lacs quadrille la réserve.

Les paysages alternent entre forêt clairsemée (ci-dessus) et taillis plus dense comme ci-dessous.

La végétation laisse aussi la place à de nombreux espaces ouverts.

Mammifères observés sur 2 jours 1/2 en septembre 2016: Hippopotame, éléphants (beaucoup moins nombreux que lors de ma précédente visite en 2010), buffle, girafe, grand koudou, bubale de liechteinstein, éland commun, cob à croissant, gnou du Selous, impala, dik-dik de Kirk, suni, zèbre, phacochère, potamochère, lion, hyène tachetée, mangouste rayée, mangouste rouge, macroscélide de Peters, écureuil de brousse à ventre roux, écureuil de brousse rayé, vervet, colobe d’Angola, cercophithèque à diadème.
Observations nocturnes avec piège photographique: genette commune, civette, mangouste à queue touffue.

Lien avec le site de l’UNESCO à propos de la réserve du Selous.

 

Comments are closed.