Skip to content

20 février 2011

Ruaha National Park – Tanzanie

Le Ruaha National Park avec ses 13000 km2 est par la taille le second parc de Tanzanie après le Serengueti. (La réserve du Selous est plus grande, mais ce n’est pas un parc national.) Cela représente un territoire plus grand que le département de la Gironde. C’est une très belle réserve, peu fréquentée, assez difficile d’accès et éloignée des parcs très visités du nord Tanzanien. Les paysages et les biotopes sont très variés, collines boisées et rocheuses, grandes plaines parsemées de baobabs, forêts clairsemées ou denses, et surtout le vaste lit de la Great Ruaha River. Les photographies illustrant cet article ont été prises en octobre 2010, au coeur de la saison sèche. Cette période est idéale pour l’observation de la faune.

  En octobre, les affluents de la Great Ruaha River sont complètement à sec.

Dès l’entrée de la réserve, au premier pont sur la rivière, le spectacle est surprenant. Tant au point de vue du paysage que de l’abondance de la faune, concentrée et prisonnière des rares points d’eau profonds. Dans ces mares résiduelles formées dans le lit rocheux de la rivière, les hippopotames côtoient de très près les crocodiles dans une eau saturée de poissons chats qui attirent de nombreux oiseaux.

Le vaste lit de la Great Ruaha River n’est plus à cette époque de l’année qu’une succession de mares et de filets d’eau assurant le breuvage aux nombreux mammifères de la réserve.

Les éléphants sont très nombreux dans le Ruaha National Park, ici en train de s’abreuver dans le lit de la Ruaha. Même sans les rencontrer, les traces de leur présence sont partout, excréments, arbres et arbustes cassés. Ce qui est caractéristique à cette réserve c’est le nombre de baobabs meurtris par les pachydermes, certains arbres sont transpercés de part en part à force de recevoir les assauts des défenses.

Les lions sont très abondants dans ce parc où il n’est pas rare de rencontrer des troupes de vingt à trente individus. Ci-dessus le lit de la Great Ruaha River et ci-dessous une savane herbeuse parsemée de baobabs.

Un des points forts de ce parc est de pouvoir camper en plein milieu de celui-ci. Contrairement à de nombreuses réserves où les campements sont situés à la périphérie, ici il est possible de passer ses soirées et ses nuits en plein coeur de du parc sur les rives de la Ruaha. Le premier avantage est d’être au plus proche des animaux. La nuit, les rugissements des lions peuvent être très proches. Le jour, les visites sont fréquentes, phacochères, impalas et girafes. L’autre avantage est de ne pas avoir à attendre l’ouverture des portes de la réserve et de parcourir les pistes dès le lever du jour.

Ces collines rocheuses aux pentes raides font le bonheur des damans des rochers et des oréotragues.

Un vaste réseau de pistes permet, de sillonner la réserve à travers les plaines et les forêts, de suivre les rives de la Great Ruaha River, de découvrir les collines rocheuses comme la Kimilamatongue, de rejoindre les rives de la Mwagusi River asséchée. Tout cela avec une présence humaine vraiment très discrète.

Mammifères observés sur 5 jours en septembre 2016: Eléphant, hippopotame, buffle, girafe, eland commun, grand koudou, petit koudou, cob defassa, impala, gazelle de Grant, dik-dik de Kirk, zèbre, phacochère, chcal à chabraque, hyène tachetée, lion, léopard, guépard, otocyon, genette commune, mangouste naine, mangouste rayée, mangouste rouge, daman d’arbre, daman des steppes, babouin jaune, vervet, souris rayée.
Obervation nocturne avec piège photo: Chat sauvage.

Pour en savoir plus sur le Ruaha National Park: Le site des parcs tanzaniens et wikipedia.

 

Comments are closed.