Skip to content

13 novembre 2011

Kgalagadi Transfrontier Park – Botswana

Le Kgalagadi Transfrontier Park est partagé entre le Botswana pour la plus grande partie, et l’Afrique du Sud pour le reste. Il s’étend sur près de 38 000 km2 (soit la superficie du Japon ou d’environ quatre fois le département de la Gironde). Cette immense réserve est issue du regroupement en 1999 du Kalahari Gemsbok National Park (créé en 1931) pour l’Afrique du Sud et des Gemsbok National Park (créé en 1938) et Mabuasehube Game Reserve pour le Botswana. Ce parc est situé principalement dans le désert du Kalahari. Le sol est essentiellement constitué de sable dont la couleur varie du jaune clair à l’orangé voire rouge. La végétation très clairsemée en saison sèche devient presque luxuriante lors des pluies de mars, les graminées rendent alors le paysage très verdoyant et masque les étendues sableuses. Les fleurs sont également à cette période très présentes et variées.

La partie Sud Africaine avec la vallée de la Nossob est traversée par une large piste orientée du Sud au Nord Ouest et jalonnée de points d’eau et de campements. La partie Sud de cette zone est relativement fréquentée car d’un accès facile. Le passage d’un pays à l’autre se fait sans formalité, la frontière qui suit à peu près le lit de la Nossob est marqué par des bornes. Coté Botswana, la nature est plus sauvage, les pistes plus difficiles et les aires de campement rudimentaires. En venant de Gaborone, on pénètre dans le Kgalagadi par une piste menant à la Mabuasehube Area.Dans cette partie Est du parc, un réseau de pistes permet de circuler d’un pan ou d’un point d’eau (artificiel) à un autre. Les points d’eau sont loin d’être discrets, des bassins en pierres et en ciment assurent la fourniture d’eau en permanence aux animaux, ces bassins sont souvent situés en bordure des pans. Ce sont néanmoins des points privilégiés pour y observer la faune, ici un springbok.Les pans sont le théâtre des regroupements de gnous, bubales et oryx qui viennent y chercher des sels minéraux et parfois de l’eau en creusant le sol.Ici oryx et bubales se côtoient pour fouiller le sol.Dans cette réserve, les springboks sont abondants, souvent en groupes importants.Coté Botswana, quelques emplacements de campement dispersés et peu nombreux sont disponibles. Ils sont équipés d’un point d’eau avec douche et toilettes à ciel ouvert. A ne pas fréquenté à la nuit tombée. Même en plein jour, il faut rester vigilant et s’assurer que les sanitaires ne sont pas occupés par une famille de lions…. Autres aménagements disponibles, des abris en rondins de bois disposés sur une dalle béton qui permettent de s’abriter du soleil aux heures chaudes.La zone dégagée autour permet d’installer les tentes avec pour voisins, les gnous, springboks et autres écureuils. Pour traverser le Kgalagadi d’Est en Ouest, il existe deux pistes, la première  à double sens de Bosobogolo jusqu’à Nossob et la seconde à sens unique, accessible uniquement sur réservation, va de Malatso à Nossob. C’est la Mabuasehube Wilderness 4×4 Trail, 155 kms de sable, seul au monde. Pour cette piste, il est impératif de partir avec au moins deux véhicules bien équipés car ici, vous ne pouvez compter que sur vous même. Cette traversée réalisée en mars permet de voir le désert transformé en jardin verdoyant recouvert de graminées, parfois tapissé de fleurs et ponctué de melons et de courgettes sauvages. A cette époque de l’année (mars 2012), le foisonnement de la végétation masque le sable et fait oublier que nous sommes dans le désert du Kalahari. Seul le sommet des cordons de dunes couvertes de graminées et parsemé d’arbustes est dépouillé de végétation.Par endroit les nuances de verts sont ponctuées de tapis de fleurs où le jaune domine.
Pour en savoir plus sur Kgalagadi Transfrontier Park, il existe une brochure « Official Information Guide » éditée par les South African National Park  et une carte conçue par Veronica Roodt éditée par Shell. Voir également les liens suivants. Parc transfrontalier du Kgalagadi (wiki fr), Kgalagadi Transfrontier Park (wiki en), Site des parcs Nationaux d’Afrique du Sud.

 

Mammifères observés sur 8 jours en mars 2012: Lièvre des buissons, écureuil fouisseur, lièvre sauteur, otocyon, chacal à chabraque, hyène tachetée, guépard, lion, léopard, mangouste jaune, suricate, gnou bleu à barbe noire, oryx gazelle, grand kudu, bubale rouge, springbok, steenbok.

Mammifères observés sur 8 jours en mars 2016: Lièvre des buissons, écureuil fouisseur, lièvre sauteur, rat siffleur de Brant, rat rayé champêtre, otocyon, chacal à chabraque, hyène brune, hyène tachetée, guépard, lion, mangouste jaune, mangouste rouge, genette commune, suricate, gnou bleu à barbe noire, oryx gazelle, élanddu cap, grand kudu, bubale rouge, springbok, steenbok.

Comments are closed.