Skip to content

22 novembre 2014

Awely et les éléphants de la Luangwa

J’ai déjà évoqué dans ces pages l’association AWELY. (voir l’article Awely au secours de la faune africaine).
Je rédige ce billet suite à un séjour d’une semaine à Mfuwe, en Zambie, où j’ai eu le plaisir de rencontrer Billy Banda et Ruth Chitindi, tous deux membres des casquettes rouges d’Awely.

Les actions engagées ici concernent la résolution des conflits homme faune dans la zone de gestion de faune de Lupande. Ce vaste territoire est séparé du South Luangwa National Park par la rivière Luangwa.
Dans ce parc national, les éléphants, entre autres grands mammifères, sont très présents. La rivière Luangwa, surtout en période sèche n’est pas un obstacle pour ces pachydermes. Il est donc très fréquent qu’ils soient la cause d’interactions avec les villageois et leurs cultures.

ElephLuangwaAwElephants traversant le rivière Luangwa en basses eaux – septembre 2014

BillyBilly Banda et sa collègue Ruth Chitindi font partie de la South Luangwa Conservation Society et sont affectés avec 2 ou 3 autres personnes aux actions menées dans le cadre du partenariat avec Awely.Ruth

 

 

 

 

 

 

 

Leurs actions consistent principalement à:
– Recenser les conflits homme/faune (essentiellement avec les éléphants)
– Informer les populations sur les manières de Affichegérer ces conflits afin que l’homme et l’éléphant puissent vivre en harmonie. (décrypter les intentions des éléphants en observant leurs attitudes et comportements, mettre en oeuvre des moyens simples pour préserver les biens et les cultures)
– Former les habitants à la confection de: Clôtures de piment, briques combustibles en bouses d’éléphants et piment, former des « responsables » de village pour relayer ces informations et être capable d’utiliser un fusil à piment, apporter une aide matérielle aux populations pour éviter les conflits. (construction de greniers à grain, fourniture de « fusils à piment »)

C’est dans le modeste local « Awely » que Billy et Ruth nous ont présenté avec motivation leurs actions. Ici, rien de luxueux, que du pratique ! Une grande table en guise de bureau, un ordinateur portable, des étagères pour stocker le matériel pédagogique et les quelques accessoires nécessaires à leurs activités. Ceci prouve que l’argent investi dans la gestion des conflits homme faune est utilisé efficacement et ne passe pas dans l’achat de 4×4 climatisés dernier cri ……..!

Grenier AWELY a MfuePour préserver les céréales récoltées et les mettre à l’abri des éléphants, Awely en partenariat avec la SLCS a développé un programme de construction de greniers à grain. A ce jour, un peu plus d’une soixantaine de ces greniers ont été construits dans les environs de Mfuwe. Ces constructions massives ont la forme d’un silo en briques et ciment, d’une hauteur d’à peine 2 mètres. La partie supérieure est obturée par un bouchon en béton et l’extraction du grain se fait par une petite ouverture aménagée en partie basse.

 

Une autre facette du programme consiste à encourager les villageois à effectuer des cultures alternatives. Celles-ci concernent essentiellement le piment et la citronnelle. Ces plantes présentent deux avantages, d’une part elles n’attirent pas (citronnelle) ou repoussent (piment) les éléphants et d’autre part elle permettent d’obtenir un revenu complémentaire par la commercialisation de ces produits, notamment sous le label éléphant friendly product.

Les éléphants au contact des hommes, une réalité quotidienne !
Ayant passé huit nuits à camper au bord de la Luangwa en périphérie de Mfuwe, je peux témoigner de la réalité des interactions avec les éléphants. Une nuit sur deux, nous entendions les villageois crier, taper sur des gamelles voire même tirer des coups de feu pour effrayer les éléphants qui les envahissaient. Les pachydermes passaient chaque nuit auprès de nos tentes dans lesquelles nous avions pris soins de ne pas conserver de nourriture susceptible de les attirer.
Notre ami et guide d’expédition Fredéric March, d’African Escapades quant à lui ne dormait que d’un oeil car il veillait sur ses 4×4 contenant des vivres (fruits et légumes frais). Etant un habitué de la Luangwa, il est souvent aux premières loges dans les conflits avec les éléphants. Ceux-ci prenant parfois les Toyota pour des boites de conserve qu’ils n’ont aucun mal à ouvrir avec leurs défenses !
Autre triste réalité de ces interactions, pendant notre séjour un villageois est décédé, piétiné par un éléphant. Cet homme était pourtant un responsable de village, sensibilisé à la problématique.

Comments are closed.