Skip to content

10 août 2015

Hommage à Cecil, un lion pas comme les autres

A l’occasion du World Lion Day 2015 voici un hommage à Cecil, ce magnifique lion Zimbabwéen du Parc National de Hwange tué dans d’innommables circonstances sous les flèches puis les balles d’un chasseur américain.

Jusque là inconnu du grand public, Cecil est devenu malgré lui et à titre posthume une star mondiale.
C’était pourtant un lion presque comme les autres.
A part une renommée locale dans le Parc National de Hwange et une belle  crinière noire, il était comme les autres lions et coulait des jours heureux au Zimbabwe.
Vivant dans un parc national, il était en théorie à l’abris des chasseurs. Pourtant des hommes peu scrupuleux ont attiré le fauve en dehors de la zone protégée pour le conduire vers son bourreau, un citoyen américain qui lui réservait une triste fin.
Seulement, le « pas vu pas pris » n’a pas fonctionné et l’affaire s’est ébruitée.
Le  meurtrier ne s’attendait sans doute pas à un tel raz de marée médiatique après son acte barbare et illégal.
C’était sans compter sur l’efficacité des réseaux sociaux, qui telle une trainée de poudre ont enflammé la planète des bonnes consciences, parfois avec excès.

Lors de mon séjour dans le Parc National de Hwange en octobre 2014, j’avais eu la chance de croiser la route et le regard de ce magnifique fauve.
Avec mes compagnons de voyage, nous l’avions trouvé au petit matin, couché et repu.
Il s’était rassasié sur une carcasse de buffle tué la veille au soir par « ses lionnes ».
Nous avions assisté à l’affût et aux prémices de la chasse, mais la mise à mort du bovidé s’était déroulée à l’abris des regards à la lisière des bois.

Cecil_Lion_Hwange_01Le lion Cecil – Hwange National Park – Zimbabwe

Cecil_Lion_Hwange_02Le lion Cecil – Hwange National Park – Zimbabwe

Lion_HwangeDeux des lionnes de la troupe de Cecil à l’affût sur le passage d’un troupeau de buffles – Hwange National Park – Zimbabwe

C’était un animal majestueux avec son abondante crinière noire.
Aujourd’hui ce lion n’est plus, car  quelque part dans le monde, un homme avait décidé de décorer son salon avec la tête de Cecil.
Il a été blessé par les flèches d’un chasseur vaniteux qui n’a même pas su éviter la souffrance à ce lion. Le lendemain, une balle est venue mettre fin à son agonie.
Alors que le lion est en voie d’extinction à l’état sauvage, sous prétexte de chasse dite sportive (expliquer moi où est le sport !) des dizaines, voir des centaines de ces félins sont tués chaque années dans des conditions souvent peu glorieuses.
Les auteurs de ces massacres pavoisent au milieu de leurs trophées et publient sans vergogne leurs pseudos exploits sur les réseaux sociaux.
La chasse aux trophées n’a absolument aucune légitimité.
Au nom de quoi, des gens fortunés s’attribuent le droit de retirer la vie à ces grands mammifères.
Tuer pour le plaisir, tuer pour se distraire, voilà à quoi se résume ces chasses.
Vu le tollé planétaire qu’a suscité la mort de Cécil, ce lion n’est pas mort pour rien.
Le déchainement sur les réseaux sociaux et les pétitions lancées à cette occasion font bouger les choses vis à vis de la chasse aux trophées, que ce soit pour les lions ou pour les autres espèces an danger.

Cela dit, le dentiste américain tueur de Cecil fait les frais d’un déchainement médiatique et est devenu le bouc-émissaire d’un problème plus général, il ne devrait pas être le seul à être mis au pilori.
D’autre soit disant chasseurs tuent impunément chaque année des dizaines de lions en Afrique du Sud par la pratique de la chasse en boite. (Canned hunting).
Une pratique abominable mais très lucrative pour les propriétaires de « fermes d’élevage de lions ». (5 lies about the lion cub petting industry)
Lien vers un article et un extrait du film Blood Lions à propos de cette activité innommable.

Revue de presse à propos de Cecil:
Article du Figaro du 29/07/2015
Article du Monde du 30/07/2015
Article de l’Express du 01/08/2015
Article dans Le Parisien du 31/07/2015
Article National Geographic
Article du Parisien du 02/08/2015
Article Africa Geographic du 03/08/2015
Article de IFAW du 28/07/2015
Article Jeune Afrique du 03/08/2015

Comments are closed.