Catégorie : Primates

Galago à queue touffue

Otolemur crassicaudatus

Thick-tailed Greater Galago, Large-eared Greater galago

Ordre des Primates, famille des Galagidés, Genre Otolemur
Poids: 1 à 1,5 Kg 1 à 1,8 Kg
Longueur du corps: 26 à 50 cm
Longueur de la queue: 30 à 50 cm
Gestation: Environ 130 jours
Nombre de petits par portée: 1
Longévité: Environ 14 ans en captivité.

Otolemur crassicaudatus monteiri – Aire de gestion de faune de Lupande – Zambie

1. Description, sous espèces et variantes géographiques:

1.1. Description:
Le galago à queue touffue appelé aussi galago à queue épaisse est un primate africain de la taille d’un chat ou d’un lapin.
Son pelage est gris argenté à gris brun sur le dessus et blanc au dessous. Il existe des sujets mélaniques (totalement noirs).
Il possède une longue queue touffue, plus longue que la tête et le corps.
Ses oreilles sont grandes, minces, rondes et il peut les replier en arrière.
Les poils des parties supérieures et de la queue sont fins et laineux.
Ses yeux sont grands, ronds et situés très en avant de la face.

Otolemur crassicaudatus monteiri – Aire de gestion de faune de Lupande – Zambie

1.2. Sous espèces et variantes géographiques:
Otolemur crassicaudatus crassicaudatusSouthern African Large-eared Galago, South African Thick-tailed Galago.
Otolemur crassicaudatus kirkiiTanganyika Large-eared Galago, Tanganyika Thick-tailed Galago.
Otolemur crassicaudatus monteiriMiombo Silver Galago, Silvery Greater Galago.

Otolemur crassicaudatus monteiri – Aire de gestion de faune de Lupande – Zambie

2. Comportement:
Le galago à queue touffue est strictement nocturne. Il est actif toute la nuit.
Essentiellement arboricole, il se déplace cependant au sol assez facilement contrairement aux autres espèces de galagos. Lors de ses déplacements au sol, le galago court à quatre pattes et peut aussi se déplacer par bonds comme un kangourou.
Il peut effectuer de grands bonds d’un arbre à un autre.
Il passe ses journées à dormir dans la végétation dense, dans des nids qu’il construit.
Il vit en groupe de 2 à 6 individus. Ceux-ci sont constitués essentiellement de femelles, mères et jeunes, sœurs, tantes, etc. les jeunes mâles sont écartés à la puberté. La recherche de nourriture se fait en solitaire.

Otolemur crassicaudatus monteiri – Aire de gestion de faune de Lupande – Zambie

Un mâle dominant gravite autour d’un groupe de femelles et s’informe régulièrement de leur réceptivité.
Ce primate pousse des cris puissants qui trahissent sa présence. En anglais, les galagos sont appelés aussi bushbabies en raison de ces cris qui peuvent rappeler ceux d’un bébé.
Le galago à queue épaisse marque son territoire avec des sécrétions de glandes mammaires et de l’urine. Il dépose de l’urine sur une de leurs mains et frotte celle-ci contre le pied et dépose ainsi leur trace olfactive lors de leurs déplacement.

Otolemur crassicaudatus monteiri – Aire de gestion de faune de Lupande – Zambie

3. Reproduction:
Les galagos atteignent leur maturité sexuelle vers 1 an.
Les affrontements entre mâles pour la possession des femelles peuvent être très violents.
Ces bushbabbies construisent des nids dans des arbres creux pour mettre bas et abriter les petits pendant les deux premières semaines.
Les jumeaux et triplés sont beaucoup plus fréquent que chez les autres primates.
Les nouveaux nés pèsent 50 à 70 g.
Les jeunes se déplacent sur le dos de leur mère.

4. Biologie anatomie:
Ces primates possèdent une vue, une ouïe et odorat très développés.
Leurs grands yeux sont parfaitement adaptés à la vision nocturne.

Otolemur crassicaudatus monteiri – Aire de gestion de faune de Lupande – Zambie

5. Régime alimentaire:
Omnivore : Fruits, graines, sève, résine, nectar, bourgeons, insectes, reptiles, oiseaux, œufs, fleurs,escargots, limaces, etc.

6. Prédateurs:
Aigles, genette et serpents.

7. Habitat, distribution et évolution de la répartition:
On trouve les galagos à queue touffue dans tous les types de forêts (savanes boisées, bois et forêts denses et sèches) ainsi qu’en montagne jusqu’à 3500 mètres.
Il fréquente aussi les jardins boisés en zones périurbaines.
Ce mammifère est plutôt abondant dans sa zone de répartition, avec une densité possible de 125 animaux au Km2.
Il est peu chassé par l’homme. La seule menace qui pèse sur le galago est la perte constante de son habitat.

Lien vers fiche IUCN.
Lien vers carte de répartition géographique IUCN.

8. Réserves où l’animal a été observé par l’auteur:
Pioneer camp près de Lusaka en Zambie
Zone de gestion de faune de Lupande, près de Mfuwe en Zambie

9. Interactions avec l’homme:
Sans objet.

10. Informations complémentaires:
Pas de données pour le moment.

11. Bibliographie:
– Breuil, M. Mayeur, J. P. Thille, F. 1998. Kenya – Tanzanie Le guide du safari – Faune et parcs, Editions Marcus
– Bearder, S.K. Svoboda, N.S. 2013. Mammals of Africa, Volume II, Primates, Editions Bloomsbury

12. Liens:
Otolemur crassicaudatus sur Wildsolutions.

Cercopithèque ascagne

Cercopithecus ascanius

Redtail Monkey, Redtailed Monkey, Black-cheeked white-nosed Monkey, Red-tailed Guenon

Ordre des Primates, Famille des Cercopithécidés, Genre Cercopithecus
Hauteur: 46 à 52 cm pour le mâle et de 34 à 48 cm pour la femelle.
Poids: 4,5 Kg pour le mâle et 3,5 Kg pour la femelle.
Longueur de la queue: 55 à 90 cm.
Gestation: Environ 6 mois (peu de données).
Nombre de petits par portée: 1
Longévité: 22 ans en captivité.

Cercopithèque ascagne de Schmidt – Parc national de Mahale – Tanzanie

1. Description, sous espèces et variantes géographiques:

1.1. Description:
Singe de taille petite à moyenne pourvu d’une longue queue de couleur orangée sur la moitié distale, la partie haute de celle-ci étant de la même couleur que le dos. L’extrémité de la queue est noire.
Les joues sont ornées de favoris blancs, les tempes sont blanches, la gorge et le menton blanc cassé.
Le cercopithèque ascagne possède une tache nasale de forme et de couleur variable suivant les sous espèces (blanc, beige, noir, bleu, orangé). Le visage est sombre avec des cernes bleues autour des yeux. Le reste du pelage est gris brun, les membres sont gris à noir, le ventre blanc.
Le mâle est plus grand que la femelle, c’est le seul dimorphisme sexuel.

1.2. Sous espèces et variantes géographiques:
5 sous espèces sont communément reconnues, mais la taxonomie de ces cercopithèques est complexe et en constante évolution.
Cercopithecus ascanius ascanius Angola red-tail (Angola et surtout RdC).
Cercopithecus ascanius atrinasus – Spectacled red-tail, cercopithèque ascagne à nez noir, (Nord Est Angola).
Cercopithecus ascanius katagae – Katanga red-tail (Sud RdC et Angola).
Cercopithecus ascanius schmïdti – Uganda red-tail, schmidt’s red-tailed Monkey, Cercopithèque ascagne de Schmidt (C’est la sous espèce qui a la plus grande aire de répartition, sur la rive droite du fleuve Congo, RdC, Uganda, Rwanda, Tanzanie, Kenya, Centrafrique et Sud Soudan).
C’est peut-être une espèce à part entière ? C’est en tout cas la sous espèce la plus étudiée (Kenya et Ouganda).
Cercopithecus ascanius whitesidei – Yellow nosed red-tail, Cercopithèque ascagne à nez orange (Congo central).

Cercopithèque ascagne de Schmidt – Parc national de Mahale – Tanzanie

2. Comportement:
Les cercopithèques ascagne sont des primates diurnes et arboricoles. Très agiles et très mobiles, ils sont principalement actifs tôt le matin (avant l’aube) et tard le soir (jusqu’à la tombée de la nuit).
Ils vivent en groupes de tailles variables, de 5 à 10 individus composés d’un mâle et de plusieurs femelles avec les jeunes. Il est possible d’observer plusieurs groupes rassemblés pour se nourrir ou se reposer dans de très grands arbres, si la nourriture y est très abondante, il peut y avoir jusqu’à une centaine d’individus.
Les mâles célibataires se regroupent également mais peuvent vivre en solitaire.
Chez les cercopithèques ascagne, la communication est assez complexe. Elle est à la fois visuelle (mouvement de sourcils, hochement de tête), chimique, tactile (toilettage réciproque) et sonore.
Ces primates émettent des petits cris d’alarme aigus semblables à des cris d’oiseaux.
Les groupes de cercopithèques ascagne sont parfois associés à d’autre primates comme les colobes bais, les mangabeys ou encore les cercopithèques à diadème.

Cercopithèque ascagne de Schmidt – Parc national de Mahale – Tanzanie

3. Reproduction:
Les ascagnes atteignent la maturité sexuelle vers 4 à 5 ans pour les femelles et vers 6 ans pour les mâles. Après une gestation d’environ 6 mois, la femelle donne naissance à un petit qui pèse environ 300 g.
Des accouplements entre cercopithèques ascagne et mittis auraient été observés (Stuart C et M).

4. Biologie et anatomie:
Ces cercopithèques ont été utilisés comme animaux de laboratoire.

5. Régime alimentaire:
Omnivore, environ 50 % frugivore et 25 % insectivore, le reste étant composé de fleurs, boutons floraux, feuilles et bourgeons, gomme et résine.
Par leur régime alimentaire, ces singes assurent la dispersion de nombreuses graines issues des fruits qu’ils consomment.

6. Prédateurs:
Chimpanzé, aigle couronné, léopard et l’homme.

7. Habitat, distribution et évolution de la répartition:
Ce cercopithèque vit dans la canopée de différents types de forêts (forêt de plaine et sub-montagnardes, forêts primaires et secondaires, forêts marécageuses, etc.).
Il est présent à des altitudes comprises entre 400 et 2500 mètres.

Les causes de sa disparition sont:
Bien que classé en « préoccupation mineure » les populations sont en diminution suite à la perte de leur habitat. Ils sont parfois chassés par l’homme pour la viande et suite à des incursions dans les cultures où ils consomment fruits, légumes ou maïs.

Lien vers fiche IUCN:

Lien vers carte de répartition géographique IUCN:

8. Réserves où l’animal a été observé par l’auteur:
Parc national de Mahale en Tanzanie.

9. Interactions avec l’homme:
Pillage de cultures.

10. Informations complémentaires:
Pas d’informations complémentaires pour le moment.

11. Bibliographie:
– Ouvrage collectif. 2014. Larger Mammals of Tanzania, Princeton University Press.
– Dorst, J. Dandelot, P. 1972 Guide des grands mammifères d’Afrique Delachaux et Niestlé.
– Stuart, C & M. 2009. Mammals of east Africa Truik Nature.
– Kingdon, J. 2006. Guide des mammifères d’Afrique, Delachaux et Niestlé.
– Kingdon, J. 2011. Field guide to African mammals, A&C Black.
– Cords, M. Sarmiento E.E. 2013. Mammals of Africa, Volune II, Primates, Bloomsbury.

12. Liens:
Animal Diversity Web – Cercopithecus ascanius.

Notes préliminaires sur l’écologie de cercopithecus ascagnus schmidti dans les environs de Bangui (R.C.A.).

Diet and polyspecific associations affect spatial patterns among redtail monkeys (cercopithecus ascanius).

The effects of logging on primate-habitat interactions: A case study of redtail monkeys (cercopithecus ascanius) in Kibale NationalPark, Uganda.

Interspecific and intraspecific variation in diet of two forest guenons, cercopithecus ascanius and c. mitis.

ZipcodeZoo – Cercopithecus ascanius.

Habitat preference and foraging behaviour in adult Red-tailed Monkeys (cercopithecus ascanius).

 

 

Colobe d’Ouganda

Piliocolobus tephrosceles

Ashy Red Colobus, Ugandan Red Colobus

Ordre des Primates, Famille des Cercopithécidés, Genre Piliocolobus
Hauteur: Environ 60 cm.
Poids: 10 Kg pour le mâle, 6 Kg pour la femelle.
Longueur de la queue: 70 cm.
Gestation: 5 à 6 mois.
Nombre de petits par portée: 1

Colobe d’Ouganda – Piliocolobus tephrosceles – Mahale – Tanzanie

1. Description, sous espèces et variantes géographiques:

1.1. Description:
Le colobe d’Ouganda (piliocolobus ou procolobus tephrosceles) est aussi appelé colobe rouge d’Ouganda est un primate de taille moyenne avec un pelage abondant de couleur variable. Le dos pouvant aller du brun au presque noir. Les faces intérieures des membres et le ventre étant de couleur crème. La face est grisâtre et le dessus de la tête roussâtre. La queue est brun foncé.

Colobe d’Ouganda – Piliocolobus tephrosceles – Mahale – Tanzanie

1.2. Sous espèces et variantes géographiques:
Autrefois considéré comme une des 6 à 10 sous espèces de colobe bai à tête rousse, le colobe d’Ouganda est considéré comme une espèce à part entière depuis 2001 (Groves).
Il est parfois encore désigné par certains auteurs comme Eastern Red Colobus – Procolobus rufomitratus tephroscele ou encore Procolobus badius tephroscele (la classification des colobes bais faisant encore débat).

Colobe d’Ouganda – Piliocolobus tephrosceles – Mahale – Tanzanie

2. Comportement:
Les colobes d’Ouganda sont des primates diurnes et arboricoles.
Ces colobes vivent en groupes de 5 à 80 individus avec une moyenne de 40 (45 à 50 à Kibale, 55 à 59 à Gombe). Ces groupes sont multi-mâles et multi-femelles avec plus de femelles que de mâles. Les groupes sont dirigés par un mâle dominant.
Les grands groupes se divisent pour partir en quête de nourriture.
Comme pour tous les primates grégaires, le toilettage est une activité sociale importante pour le colobe d’Ouganda. Il s’associe fréquemment à d’autres primates, principalement avec le cercopithèque ascagne et quelquefois avec le cercopithèque mitis. Cette association lui est bénéfique vis à vis de la veille contre les prédateurs.

Colobe d’Ouganda – Piliocolobus tephrosceles – Mahale – Tanzanie

3. Reproduction:
Maturité sexuelle vers 5 ans pour le mâle et entre 4 et 5 ans pour la femelle.
La femelle met au monde un seul petit après 5 à 6 mois de gestation.

4. Biologie et anatomie:
Pas de données particulières pour le moment.

5. Régime alimentaire:
Le colobe d’Ouganda est essentiellement folivore. Il consomme également des graines, des bourgeons, des fruits et des écorces.

6. Prédateurs:
Principalement les chimpanzés, mais aussi l’aigle couronné pour les juvéniles.

7. Habitat, distribution et évolution de la répartition:
La distribution de ce colobe est très limitée. Il n’est présent que dans 5 zones forestières réparties en Ouganda et en Tanzanie. Parc de Kibale et une zone au Sud Ouest du Lac Victoria pour l’Ouganda. Parcs de Mahale et de Gombe ainsi que le plateau d’Ufipa en Tanzanie. Ce primate est classé en danger par l’IUCN à cause de populations très fragmentées et donc isolées les unes des autres.
On rencontre ce colobe jusqu’à des altitudes de 2400 mètres.

Les causes de sa disparition sont:
La perte de son habitat et la chasse pratiquée hors des zones protégées (déforestation au profit de zones agricoles, fabrication du charbon de bois, exploitations forestières).
La prédation importante par les chimpanzés (à Gombe, la population a chuté de – 50 % en 25 ans et est en route vers l’extinction car 16 à 40 % des colobes d’Ouganda sont tués chaque année par les chimpanzés).

Lien vers fiche IUCN:

Lien vers carte de répartition géographique IUCN:

8. Réserves où l’animal a été observé par l’auteur:
Parc national de Mahale en Tanzanie.

9. Interactions avec l’homme:
Pas de données particulières.

10. Informations complémentaires:
Aucune informations complémentaires à ce jour.

11. Bibliographie:
– Stuart, C & M. 2016. Guide photo des grands mammifères d’Afrique, Delachaux et Niestlé.
– Struhsaker, T. T. Grub, P. 2013. Mammals of Africa Volume II, Primates, Bloomsbury.
– Kingdon, J. 2006. Guide des mammifères d’Afrique, Delachaux et Niestlé.
– Ouvrage collectif, 2014. A field guide to the Larger Mammals of Tanzania, Princeton University Press.

12. Liens:
Crop-raid of the Ashy Red Colobus (piliocolobus tephrosceles) and Crop-Raiding in a Forest-Farm Mosaic, Mbuzi, Rukwa Region, Tanzania.

Census and Conservation Assessment ofthe Red Colobus (Procolobus rufomitratus tephrosceles) on the Ufipa Plateau, Southwest Tanzania.

Ugandan Chimpanzees May Be Hunting Red Colobus Monkey into Extinction.

 

 

Magot

Macaca sylvanus

Barbary Macaque

Ordre des Primates, Famille des Cercophithécidés
Hauteur au garrot: Femelle 45 cm, Mâle 50 cm
Poids: 7 à 15 Kg pour le mâle, 4 à 10 Kg pour la femelle.
Gestation: 210 jours
Nombre de petits par portée: 1

Alimentation: Omnivore. Graminées, glands, cônes, écorces, champignons, petits vertébrés et feuilles de cèdre qui leur assurent la survie en hiver.

Prédateurs: L’homme.

Réserves où l’animal a été observé par l’auteur: Zoo de Beauval et parc animalier de la Vallée des Singes.

Lien vers la fiche IUCN. Lien vers la carte de répartition géographique IUCN.

Le Magot appelé aussi Macaque de Barbarie ou encore Macaque berbère est le seul macaque présent sur le continent africain.
Ce primate est endémique de l’extrème nord de l’Afrique. Il existe une population de macaque présente à Gibraltar, mais celle-ci a été introduite.
C’est un animal qui vit en groupes de 10 à 40 individus (voire plus). Ce singe est diurne et semi terrestre.
Il habite principalement en altitude dans les forêt de cèdres du moyen et haut Atlas marocain et algérien.
La population est actuellement estimée entre 8.000 et 10.000 individus. Autrefois présents de la Libye au Maroc, les 3/4 des individus survivent dans l’Atlas marocain.
Le reste subsiste dans des poches isolées au Maroc et en Algérie.
Cet animal est capturé dans la nature pour être exploiter à des fins de divertissement touristique par des « montreurs de singes », notamment place Jemma el fna à Marrakech. (Merci de ne pas cautionner cette activité qui met l’espèce en danger).

Macaque_Barbarie_02Macaque de barbarie – Zoo de Beauval

Macaca_SylvanusVieux mâle magot – Vallée des Singes – Romagne

Barbary_Macaque_02Macaque de barbarie – Vallée des Singes – Romagne

Magot_03Macaque de barbarie – Zoo de Beauval

Magot_01Séance d’épouillage – Vallée des Singes – Romagne

Magot_04Femelle Macaque et son jeune – Zoo de Beauval

Barbary_MacaqueMacaque de Barbarie à la sieste – Vallée des Singes – Romagne

Macaque_BerbereMacaque de Barbarie à la sieste – Vallée des Singes – Romagne

Macaque_BarbarieMacaque de Barbarie au repos – Vallée des Singes – Romagne

Magot_02Coussin fessier du macaque de barbarie – Vallée des Singes – Romagne

 

Généralités sur les babouins

Papio

Baboon

Ordre des Primates, Famille des Cercopithécidés
Hauteur au garrot: 40 à 75 cm
Poids: 20 à 45 Kg
Gestation: Environ 6 mois
Nombre de petits par portée: 1

Alimentation: Omnivore fruits, feuilles, lézards, racines, oeufs, oiseaux.

Prédateurs: Lions, léopards, hyènes

Les babouins sont des singes cynocéphales (museau similaire à celui du chien). C’est le singe le plus répandu en Afrique. Ils passent leurs journées au sol et les nuits perchés dans des arbres ou sur des rochers difficilement accessibles aux prédateurs. Ils vivent en groupes hiérarchisés avec à leur tête un mâle dominant.

Il existe 5 espèces de babouins.

Babouin hamadryas ,Papio hamadryas, (hamadryas),  présent en Somalie, Ethiopie, Erytrhée

Babouin de Guinée, Papio papio, (Guinea baboon) ,

Babouin olive ou babouin anubis ou babouin doguera ou babouin vert, Papio anubis, (olive baboon), présent du Mali à l’Ethiopie, au nord de la Tanzanie, à l’Ouest du Kenya et en Ouganda.

Babouin jaune ou babouin cynocéphale, Papio cynocephalus, (yellow baboon), présent au Kenya, en Tanzanie, au Mozambique, au Malawie, en Zambie, en Somalie, au sud de la RDC et en Angola.

Babouin chacma ou chacma, Papio ursinus, (chacma baboon),

Généralités sur les gorilles

Gorilla

Gorilla

Ordre des Primates, Famille des Hominidés (anciennement Pongidés)
Taille: 130 à 150 cm pour les femelles et 140 à 185 cm pour les mâles
Poids: 150 à 200 Kg pour le mâle et 70 à 110 Kg pour les femelles.
Gestation: 260 jours environs
Longévité: Environ une trentaine d’années
Nombre de petits par portée: 1 tous les 3 à 5 ans

Alimentation:Régime végétarien, plantes, feuilles, racines, pousses, avec en plus des fruits pour les espèces des plaines.

Prédateurs: l’Homme par la destruction de l’habitat, la chasse et le trafic de viande de brousse, la contrebande de bébés gorilles, les trophées.

Les gorilles sont les plus grands des primates. Après les bonobos et les chimpanzés, ils sont génétiquement les plus proches de l’homme.

Les gorilles sont représentés par deux espèces comprenant chacune deux sous espèces, les gorilles de l’Ouest africain Gorilla gorilla et les gorilles de l’Est africain Gorilla beringei.

Gorilles de plaines de l’Ouest: Gorilla gorilla gorilla, vivant dans les forêts humides réparties sur les territoires du Cameroun, du Gabon, de Centrafrique, de la Républiqe du Congo et de la Guinée équatoriale.

Gorille de la rivière Cross: Gorilla gorilla diehli, petite population isolée d’un peu plus de 200 individus vivant dans une zone de forêt montagneuse répartie sur la zone frontalière entre le Cameroun et le sud du Nigéria.

Gorille de plaine de l’Est: Gorilla beringei graueri, vivant à l’est de la république Démocratique du Congo.

Gorille de montagne: Gorilla beringei beringei, avec une première population dans la chaîne des Virunga répartie sur le Rwanda, l’Ouganda et la République Démocratique du Congo et une population séparée dans la forêt de Bwindi en Ouganda.

Les gorilles vivent en groupes de 5 à 30 individus. Ces clans, composés d’un harem de femelles, de leurs petits, et de juvéniles, sont sous la domination d’un (voir deux) mâles adultes dits « dos argentés ». Ce surnom vient du fait que le creux du dos des mâles adultes est grisonnant et blanchit avec l’âge.