Cobe des roseaux

Redunca arundinum

Common reedbuck, Southern reedbuck

Ordre des Cetartiodactyles, Famille des Bovidés, Genre Redunca
Hauteur au garrot: 65 à 105 cm
Poids: En moyenne 70 Kg pour le mâle et 50 Kg pour la femelle.
Longueur du corps: 130 à 160 cm pour le mâle et 120 à 140 cm pour la femelle.
Longueur de la queue: Environ 25 cm
Gestation: Environ 7,5 mois
Nombre de petits par portée: 1
Longévité: 16 ans en captivité, de 10 à 12 ans à l’état sauvage.

Redunca arundinum arundinum mâle – Moremi game reserve – Botswana

1. Description, sous-espèces et variantes géographiques:
Le cobe des roseaux porte mal son nom puisque il ne s’agit pas d’un cobe mais d’un redunca.
Le nom qui conviendrait le mieux serait redunca commun, par opposition aux deux autres redunca qui sont le redunca bohor et le redunca de montagne. Certains auteurs l’affuble du nom de «grand cobe des roseaux» par opposition au redunca bohor appelé aussi Nagor qui est baptisé toujours à tort par les mêmes auteurs «cobe des roseaux».
Ces confusions sont issues de mauvaises appellations dans des ouvrages traduits de l’anglais.

1.1. Description:
C’est le plus grand des trois reduncas.
Son pelage est fin, court, uniforme, presque laineux.
La couleur du corps varie du fauve au grisâtre, la tête, le cou ainsi que le ventre sont légèrement plus clairs. Les jeunes sont plus clairs que les adultes.
(Des cas d’albinisme et de mélanisme ont été observés).
Ses oreilles sont larges, arrondies, poilues et blanches à l’intérieur.
La queue est assez courte, touffue et blanche sur le dessous.
Des bandes noires se distinguent (pas toujours) sur le devant des membres antérieurs.

Redunca arundinum arundinum mâle – Moremi game reserve – Botswana

Redunca arundinum arundinum femelle – Moremi game reserve – Botswana

Seul le mâle porte des cornes. Celles-ci sont annelées sur la moitié inférieure, courbées en arrière avec un léger retour vers l’avant près de la pointe. Elles sont plus ou moins divergentes. Leur longueur est en moyenne d’une trentaine de cm et peuvent atteindre 45 cm.
Elles commencent à pousser vers l’age de 6 mois.
Les cornes du cobe des roseaux permettent de ne pas confondre cette espèce avec les deux autres réduncas (Bohor et de montagne) qui ont des cornes plus courtes et en forme de crochets orientés vers l’avant.
Sous chaque oreille le cobe des roseaux porte un patch de peau nue, il s’agit de glandes sub-auriculaires. Celles-ci sont de couleur claire mais deviennent foncées lorsqu’elles sont stimulées.

Redunca arundinum arundinum mâle – Moremi game reserve – Botswana

1.2. Sous espèces et variantes géographiques:
2 sous espèces.
Redunca arundinum arundinum au Sud du Zambèze.
Redunca arundinum occidentalis en Afrique Tropicale.

2. Comportement:
Ce bovidé est plutôt nocturne en saison humide mais est actif le jour en saison sèche.
Il vit seul, en couple ou en famille avec les jeunes. On observe rarement plus de six individus, sauf en saison sèche où des groupes d’une vingtaine de reduncas peuvent être observés.

Couple de reduncas arundinum arundinum – Moremi game reserve – Botswana

Le cobe des roseaux est plutôt difficile à rencontrer en pleine journée car il aime se coucher dans les hautes herbes.

Redunca arundinum arundinum mâle – Moremi game reserve – Botswana

Redunca arundinum arundinum mâle – Moremi game reserve – Botswana

Il est sédentaire et il n’aime pas se mélanger avec d’autres espèces.
Il marque la périphérie de son territoire par des dépôts de fèces et d’urine.
Bien que vivant toujours près de l’eau, il répugne à s’y engager.
En cas de danger, le redunca émet par le nez un sifflement d’alarme aigu.
Dans le fuite, en courant, il émet une sorte de cliquetis et se déplace en effectuant des mouvements rappelant ceux d’un cheval à bascule. Après quelques bonds, il stoppe sa course pour regarder en arrière.

Redunca arundinum occidentalis femelleParc national de Liuwa plainZambie

3. Reproduction:
Le redunca commun atteint la maturité sexuelle vers 2 ans pour les femelles et 3 ans pour les mâles.
Après une gestation de 200 jours environ la femelle donne naissance à un petit qui pèse environ 4,5 Kg.
Le jeune reste caché pendant les six à huit premières semaines voire deux mois, couché dans les hautes herbes épaisses. La femelle revient vers lui quelques fois par jour pour l’allaiter.
Durant cette période, le jeune est déplacé régulièrement.
Il est sevré au bout d’environ1 an, âge à partir duquel il devient indépendant.

4. Biologie et anatomie:
Toutes les fonctions des glandes sub-auriculaires ne sont pas clairement déterminées. Les mâles s’en servent notamment pour marquer leur territoire sur la végétation.

5. Régime alimentaire:
Essentiellement herbivore, il consomme principalement des graminées.
Il mange cependant des feuilles en fin de saison sèche lorsque la qualité des herbes est médiocre. Ils aiment s’alimenter dans les zones de brûlis.
Il est dépendant de l’eau et doit boire chaque jour.

6. Prédateurs:
Ses principaux prédateurs sont les grands félins, lions, léopards, guépards et la hyène tachetée. Ils sont aussi prédatés par les lycaons, les servals et parfois les crocodiles. Le chacal ainsi que les aigles et les pythons sont des prédateurs pour les jeunes.

7._ Habitat, distribution et évolution de la répartition:
Le cobe des roseaux vit dans les zones de hautes herbes et de roseaux à proximité d’étendues d’eau permanentes (marais, zones humides, plaines inondables ou étangs).

Redunca arundinum arundinum mâle – Moremi game reserve – Botswana

Redunca arundinum arundinum femelle – Moremi game reserve – Botswana

En général, il évite les zones trop découvertes et les forêts. La présence de l’eau lui est indispensable.
Des populations de Cobes des roseaux ont été introduites dans le Nord de la Namibie sur des terres privées en dehors de la zone de répartition historique de l’animal.

Les causes de sa disparition sont:
Le braconnage. Autrefois très présent dans les savanes du Sud du Congo, il en a maintenant quasiment disparu suite à la pression excessive de la chasse illégale, du braconnage et du commerce de viande de brousse.

Lien vers fiche IUCN.

Lien vers carte de répartition géographique IUCN.

8. Réserves où l’animal a été observé par l’auteur:
Parc national de Liuwa Plain en Zambie.
Moremi Game Reserve au Botswana.

9. Interactions avec l’homme:
Pas d’interaction particulière connue.

10. Informations complémentaires:

10.1.  Origine du nom:
Comme évoqué au paragraphe 1, le nom de ce mammifère pose problème.
En effet dans la littérature et sur internet, on trouve tout et n’importe quoi.
Premièrement, le cobe des roseaux n’est donc pas un cobe, c’est un rédunca (redunca arundinum).
Suivant les ouvrages, le plus souvent traduits de l’anglais on lui trouve les noms de Cobe des roseaux, grand cobe des roseaux, rédunca, rédunca commun.
Même des documents de références donnent des noms erronés et fantaisistes comme par exemple la fiche IUCN ou encore l’encyclopédie Mammals of Africa qui le baptise redunca grande !
Le deuxième problème vient du fait que l’on retrouve le même soucis de nomination pour le redunca bohor (redunca redunca). Lui aussi est parfois nommé cobe des roseaux, redunca, nagor ou encore redunca bohor.
Ceci provoque une confusion dans la dénomination de ces deux espèces.
Si je prends en compte des ouvrages sérieux en langue française comme, Les antilopes d’Afrique par P.J. Corson 2004, le Guide des grands mammifères d’Afrique par J. Dorst 1972 et Kenya, Tanzanie, le guide du safari, faune et parcs par M. Breuil, J.P. Mayeur et F. Thille 1998, tous sont d’accord pour désigner le redunca arundinum comme cobe des roseaux. Le dernier ouvrage propose l’appelation redunca commun.
Celle-ci est tout à fait adaptée et homogène avec la dénomination anglophone qui est common reedbuck ou southern reedbuck.

10.2. Origine/espèces fossiles:
Pas de données pour le moment.

10.3. Les cobes des roseaux à travers l’histoire:
Pas de données pour le moment.

10.4. Iconographie:
Non traité pour le moment.

11. Bibliographie:
Kingdon, J. & Hoffman, M. 2013. Volume VI Mammals of Africa Bloomsbury.
Castello, J.R. 2016. Bovids of the World Princeton University Press.
Dorst, J. et Dandelot, P. 1972. Guide des grands mammifères d’Afrique Delachaux & Niestlé.
Frost, W. 2014. The Antelope of Africa Jacana Media.

12. Liens:
Animal Diversity Web – Redunca arundinum – Southern reedbuck